entretien d’embauche : dans les starting-blocks pour le 2ème tour.

Félicitations ! Vous avez passé les qualifications. Comme en politique lors des élections, tout va se jouer maintenant. Deuxième entretien, nouvel interlocuteur, questions plus pointues : il va falloir donner le meilleur de vous-même. Pour décrocher ce poste, chaque jour qui vous sépare du deuxième tour sera le compte à rebours de votre réussite. On croit en vous !

j-5 : on muscle sa candidature.

Il y a de grandes chances pour qu’un nouveau recruteur se tienne devant vous lors de ce nouvel entretien. En effet, la première entrevue est souvent une prise de contact effectuée par une personne des ressources humaines qui fait remonter ses impressions à la direction. Cette fois, vous allez certainement parler à votre futur manager ou chef d’équipe. Pour montrer le meilleur de vous-même à ce nouveau recruteur, préparez-vous comme un sportif. Couchez-vous tôt, mangez sainement, reportez la fête avec vos anciens copains, restez fixé sur votre objectif : être en forme et serein le jour J avec un mental d’acier.

j-4 : on prépare bien ses questions et ses réponses.

Vous allez devoir répondre à de nouvelles questions. C’est normal vous êtes là pour ça. Etes-vous prêt à faire des heures supplémentaires ? Avez-vous déjà géré un désaccord entre collègues ? Pourrez-vous passer quelques jours par mois dans une autre filiale ? Comment voyez-vous vos journées de travail ? Projetez-vous bien sur tous ces sujets essentiels, parlez-en autour de vous et surtout n’hésitez pas à poser des questions au recruteur. Des questions qui vous tiennent à cœur, pas celles dont la réponse se trouve sur le site Internet de l’entreprise. Certains aspects pourraient ne pas être en accord avec votre façon d’envisager le poste, autant le savoir tout de suite et en discuter.

j-3 : on se met en condition.

La sophrologie vous connaissez ? C’est une technique qui permet de se projeter en situation de match ou de compétition pour un sportif par exemple. Et bien vous allez faire la même chose. Visualisez votre arrivée dans l’entreprise, imaginez-vous prenant la parole devant le recruteur. Partez dans une tenue confortable et adaptée… Cela vous permettra d’arriver en confiance le jour du deuxième entretien en étant plus déterminé, moins “coincé” et n’oubliez jamais de bien respirer !

j-2 : on échauffe ses arguments.

A ce stade du recrutement, plus personne ne devrait vous demander vos qualités ou vos défauts. Maintenant, c’est à vous de vous démarquer des autres candidats. Comment ? En mettant en avant, sans trop en faire, vos atouts, votre état d’esprit et tout ce qui fera qu’avec vous les choses se dérouleront facilement. Votre expérience est évidemment essentielle mais si vous débutez, montrez votre caractère positif et votre motivation à toute épreuve. Cela fera aussi la différence.

j-1 : on visualise le terrain.

Il se peut que ce deuxième entretien ne se déroule pas au même endroit que le premier. Faites très attention à cela. Un peu comme pour l’énoncé d’un exercice lors d’un examen, prenez soin de lire le mail jusqu’au bout pour vérifier l’adresse où l’on vous attend. Vous ne seriez pas le premier à commettre cette erreur. Vous êtes certain du point de rendez-vous ? Renseignez-vous sur la circulation à l’heure à laquelle vous êtes attendu pour bien arriver à temps. Ecoutez les infos la veille pour savoir si des perturbations sont prévues dans les transports ou sur la route ou côté.

jour J.

L’entretien se termine. Vous êtes enthousiaste, vous vous imaginez travailler pour cette entreprise qui dégage une bonne énergie. C’est presque le podium. Mais sachez aussi que ce deuxième entretien peut vous décevoir si vous soulevez des sujets ou une vision de l’entreprise à laquelle vous ne vous attendiez pas. Quoi qu’il arrive, il faudra tirer vous-même vos conclusions de cet échange. Que vous soyez mitigé ou emballé, sur la réserve ou convaincu, il va falloir souffler un peu avant d’envisager la suite et cela vous l’avez bien mérité !

retour à la page précédente